Financement

Ci-dessous plusieurs sources de subvention liées au renforcement des organisations de la société civile.

Fond de la société civile pour l’éducation 

Le fonds de la société civile pour l’éducation (FSCE) est un programme mondial financé par le Partenariat mondial pour l’éducation afin de contribuer à l’implication de la société civile en matière de politique, planification, budgétisation et suivi du secteur éducatif.

Il permet aux coalitions de la société civile de bénéficier de financements en soutien à leurs activités de plaidoyer, au renforcement de leurs capacités pour une planification, une mise en œuvre et un impact consolidés et à la promotion de réseaux et de partage des connaissances entre les pays.

Calendrier des échéances 2020

La contribution des bailleurs était de 462 millions de dollars pour 2008. La directrice du partenariat mondial pour l’éducation est Alice Albright. Le fond possède une représentation à Washington et à Bruxelles.

OIF et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE)

Appel à initiatives à l’attention des organisations de la société civile francophone.

Date limite : 3 avril 2020

Fonds des Nations unies pour la démocratie (FNUD)

Le FNUD appuie les projets qui renforcent la société civile, favorisent les droits de l’homme et encouragent la participation de tous les groupes aux processus démocratiques. L’appel à candidatures a lieu chaque année en fin d’année (date limite pour l’appel en cours 6 janvier 2020).  Les projets du FNUD ont une durée de deux ans; les subventions de projets allant de 100 000 à 300 000 dollars, et relèvent d’un ou de plusieurs des domaines d’intérêt ci-dessous :

Ce fond existe depuis 2005. Il était doté en 2017 d’un budget de 182 millions de dollars via des contributions d’Etats membres. Le fond est basé au siège des Nations Unies à New York. Sa direction est assurée par Annika Savill.

Alliance Mondiale pour le Changement Climatique (AMCC+)

L’Alliance aide à participer à l’effort mondial d’atténuation du changement climatique. L’AMCC a été créée par l’Union européenne (UE) en 2007 en vue de renforcer le dialogue et la coopération avec les pays en développement, en particulier les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID).

L’AMCC+ (2014-2020) a pour objectif de renforcer l’efficacité de sa réponse aux besoins des pays et des groupes vulnérables.

Programmes pluriannuels dotés d’une contribution moyenne de 5 millions d’euros par projet.

Pas évident de comprendre qui pilote l’AMCC+ au quotidien même si la gouvernance semble assurée par la Commission Européenne. Peut-être plus d’information auprès de Felice Zaccheo (head of Unit Sustainable Energy and Climate Change – DG International Cooperation and Development – European Commission) ou Elena Višnar Malinovská (head of unit, adaptation to climate change, cities, international cooperation).

Prix 2019 de la société civile – CESE

Prix 2018 de la société civile – CESE

Le Comité économique et social européen (CESE) est un organe consultatif de l’Union européenne.  Il est présidé par Luca Jahier.

Ce prix de la société civile est organisé chaque année, en fin d’année depuis 2006. La date limite pour participer à l’édition 2018 était le 7 septembre.  Le prix est doté d’une enveloppe annuelle de 50000 €, soit environ 10000€ par organisation. Le budget administratif annuel du CESE atteignait 131 millions d’euros en 2014. Ainsi, si le CESE recevait son propre prix, cela lui permettrait de fonctionner environ… 8 minutes 😉

Le prix CESE pour la société civile vise à récompenser ou encourager des initiatives concrètes et des réalisations menées à bien par des personnes et/ou des organisations de la société civile à tous les niveaux, européen, national, régional et local, qui contribuent de manière significative à la promotion de l’identité et de l’intégration européenne.

Partenariat mondial pour la responsabilité sociale (GPSA)

4ème appel à projet

Le Partenariat mondial pour la responsabilité sociale (GPSA) aide la société civile et les pouvoirs publics à relever ensemble les défis majeurs de la gouvernance dans les pays en développement. Pour ce faire, le GPSA apporte un appui stratégique soutenu aux initiatives des OSC en matière de responsabilité sociale visant à renforcer la transparence et l’obligation de rendre compte.

Le GPSA a été crée sous l’égide de la Banque Mondiale en 2012. Son secrétariat est basé à Washington et composé d’une équipe de 14 personnes, dirigée par Jeff Thindwa. Le comité de pilotage est assuré par Ceyla Pazarbasioglu.

Le montant des subventions du 3ème appel à projet était de 400 000 à 800 000$. 

Concours FEMIS

Le concours international, réservé aux candidats ressortissants de pays n’appartenant pas à l’Espace Économique Européen (28 pays membres de l’Union européenne auxquels s’ajoutent l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège) ou aux principautés d’Andorre et de Monaco ainsi qu’à la Confédération suisse, permet de rejoindre le cursus principal d’une durée de quatre ans et se déroule chaque année entre début décembre (inscription au concours) et début juillet (publication de la liste des admis).

Créée en 1986, la Fémis – École nationale supérieure des métiers de l’image et du son – est placée sous la tutelle du ministère de la Culture et du CNC. Héritière de l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques, fondé en 1944), la Fémis est la principale école de cinéma en France et l’une des plus reconnues sur le plan international. Elle est installée dans les anciens studios de cinéma Pathé à Paris (quartier de Montmartre).

La durée des enseignements de la formation initiale est de 4 ans. Chaque promotion regroupe 40 étudiants (issus du concours général et du concours international) répartis en sept départements : Scénario (6) – Réalisation (6) – Image (6) – Montage (6) – Son (6) – Décor (4) – Production (6). Les épreuves du concours international ainsi que l’ensemble des enseignements dispensés à La Fémis se déroulent en français.

Le montant des frais de scolarité pour les étudiants étrangers non ressortissants de l’Union européenne s’élève à 32 000 euros au total pour les quatre ans de scolarité, soit 8 000 euros par an.

L’étudiant peut assumer seul cette charge financière ou être pris en charge, partiellement ou intégralement, par un tiers (ambassade de France, institution publique française ou étrangère, entreprise privée…).

L’accès aux enseignements de La Fémis n’est possible que par voie de concours. Les inscriptions se font uniquement via le site Internet de l’école.

Le responsable du concours international est Laurent Moissonnier.

 

France

Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 

GUIDE DES SUBVENTIONS PUBLIQUES POUR LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE 2020

Agence Française de Développement (AFD)

Les financements de projets des ONG

Thématiques 2020 :

FISONG 2020 – Eau et société civile 
FISONG 2020 One Health

AUTONOMISATION ÉCONOMIQUE DES RÉFUGIÉS SYRIENS ET DES JORDANIENS VULNÉRABLES DANS LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE
SCOLARISATION DES ENFANTS DES ZONES À FORTS DÉFIS SÉCURITAIRES

Guide méthodologique pour le cofinancement des projets et programmes « terrain » et « intérêt général » 2018

Tchad

Fonds d’appui de l’Ambassade de France aux Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d’Acteurs (PISCCA)

Programme financé par l’Ambassade de France

Au Tchad, les opérations soutenues par le PISCCA visent particulièrement à :

  • Appuyer les initiatives locales et citoyennes permettant de promouvoir le rôle de la femme dans la vie publique ;
  • Participer à la construction et au développement d’une jeunesse éduquée, citoyenne et active ;
  • Promouvoir le dialogue intercommunautaire et la résolution pacifique des conflits pour l’ancrage d’une culture de paix au Tchad.

Togo

Fonds d’appui de l’Ambassade de France aux Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d’Acteurs (PISCCA)

Programme financé par l’Ambassade de France

Appuyer le renforcement du rôle joué par la société civile, faire émerger des solutions innovantes et encourager à la mise-en-place de coalitions d’acteurs du développement, et ce afin de mettre en œuvre des projets améliorant les conditions de vie des populations bénéficiaires.

Thématiques prioritaires :

  • La santé environnementale
  • Le genre/ l’autonomisation des femmes